Logo

bandeau-promo

Joël Monzée, Ph.D.

« Après avoir exploré les comportements des enfants et des adolescents en termes de langage affectif, je vous reviens pour vous parler d’espoir et vous présenter des pistes pour les accompagner au sein des familles, des groupes et des classes. » - Joël Monzée, Ph.D.

C1-Et si on les laissait vivre

Sortie en librairie :
Québec : le 31 janvier 2018
Europe : 31 mars 2018

Joël Monzée, Ph.D.

Souvenez-vous du décalage que vous ressentiez entre votre monde et celui des adultes quand vous étiez plus jeune. Et si les maladresses de nos jeunes n’était que le reflet de leur décalage par rapport à nous ? Et si leurs comportements dérangeants étaient le reflet de leur appel du pied pour que nous les soutenions d’une manière cohérente et indulgente ? Et si c’était un cri dans lequel ils nous demandent de les laisser vivre, mais en recevant tout de même un soutien pour apprendre à canaliser leurs pulsions et leurs désirs ? Et si nous prenions conscience de ce qui les bouscule ? Et si nous remettions nos stratégies éducatives pour les soutenir avec autant de bienveillance que de cohérence ? Et si nous les laissions vivre ?

Si les enfants ont besoin de temps et de bonnes conditions pour développer leur intelligence émotionnelle, c’est à travers nos interventions qu’ils construiront leurs repères et détermineront leurs manières d’être et de vivre en famille, au travail ou en société.

Accompagnons-les, mais laissons-les vivre ! À termes, les jeunes comme les moins jeunes seront plus autonomes sur le plan affectif, donc plus disponibles à la vie partagée avec nous, à l’entraide et à la compassion.

Joël Monzée, Ph.D.

Des conférences et formations

Joël Monzée, Ph.D.

Auteur et conférencier

Docteur en neurosciences, Joël Monzée dispose d’une formation multidisciplinaire (pédagogie, psychologie, psychomotricité, neurosciences et éthique). Père et beau-père de trois enfants, il agit comme directeur de l’Institut du développement de l’enfant et de la famille. Sa vie professionnelle se conjugue entre la pratique psychothérapeutique, la recherche universitaire et la formation continue de professionnels de la santé ou du milieu de l’éducation, ainsi que de parents.

Conférencier, il propose un regard intégrant les différents domaines de compréhension de l’être humain, notamment des enfants et des familles, pour encourager des interventions qui ciblent non seulement les « symptômes », mais surtout les « sources » des difficultés et des troubles psychiatriques. Au cœur de ses propos, figurent les neurosciences qui redonnent leurs lettres de noblesse aux pratiques pédagogiques, psychosociales et psychothérapeutiques.

Auteur, il a publié dix livres touchant le développement affectif de l’enfant, les neurosciences et la psychologie, les liens entre la santé et le développement personnel, ainsi qu'un essai sur l’univers des médicaments et la responsabilité sociale. En outre, il a contribué comme co-auteur à cinq ouvrages collectifs touchant la bioéthique, les traitements pour contrer la fibromyalgie et le développement des familles. De plus, il a rédigé de nombreux articles scientifiques et cliniques, ainsi que des notes de recherche.

Professeur associé au département de psychiatrie de l’université de Sherbrooke, il est invité régulièrement dans les médias et sur différents panels de réflexion comme expert autant sur le développement de l’enfant que sur les problématiques qui découlent d’un usage inadéquat des médicaments psychotropes.

Formation en ligne

Témoignages d’anciens élèves…

« Septembre 1990, alors âgés de 10 ans, nous avons commencé l’année scolaire qui devait nous conduire vers la dernière année de l’enseignement primaire dans une école de Liège en Belgique. Une année scolaire un peu particulière, puisque, mais nous ne le savions pas encore, nous avions un jeune professeur, fraîchement diplômé. Il allait enseigner à sa toute première classe composée de 17 élèves.

Doté d’une motivation à toute épreuve, il aspirait à révolutionner la rigueur de l'enseignement traditionnel et apporter sa petite pierre à l’édifice par ses méthodes pédagogiques et pratiques éducatives différentes.

Au fil de l’année, nous avons vécu et partagé des expériences hors du commun rythmées par les interventions bienveillantes de notre mentor tel un chef d’orchestre guidant sa compagnie, avec la fermeté requise que pouvait exiger la situation.

Des projets un peu fous, tels que la réalisation d’un film lors de classes de dépaysement ou encore d’un spectacle de marionnettes en chaussettes, envahirent tour à tour notre quotidien d’une frénésie d’autant plus joyeuse que nous étions prêts, ne comptant plus nos heures, à y passer même les mercredis après-midi ! Nous nous sommes alors découverts des talents et potentiels divers et variés, mais jusque-là insoupçonnés pour l’écriture d’un script, le travail d’équipe, le choix des musiques, des costumes et des accessoires, la création des décors, le travail d’acteur, de cameraman ou, encore, de metteur en scène.

Et bien au-delà, nous avons apprécié la satisfaction d'être écouté et entendu malgré notre jeune âge. Nous avons pris goût au travail par le jeu, à la persévérance et à la collaboration pour l’aboutissement de projets communs si bien qu’aujourd’hui encore plus de 25 années plus tard, nous pouvons nous retrouver pour revoir en fous-rire notre chef d’œuvre cinématographique et parler des heures du ‘bon vieux temps’ et des anecdotes qui nous ont marquées cette année-là si particulière.

C’est ainsi que s’est conclue cette année riche en découvertes de nos ressources et capacités qui nous a apporté, sur le plan pédagogique mais aussi personnel et émotionnel, la confiance et l'estime de soi, l’envie de se dépasser et de relever les défis de la vie qui s’ouvrait devant nous.

Merci à notre bonne étoile de nous avoir permis de croiser ton chemin. »

Ta classe de 5ème primaire


« Lorsque j'étais en 3e primaire, mon institutrice et mes parents ont préféré me faire doubler mon année scolaire, car je n'avais pas une très bonne moyenne sur mon bulletin. Je me suis donc retrouvé dans un nouveau groupe, avec des gens plus jeunes. Cela ne m'a pas vraiment aidé à me sentir mieux, car je me sentais comme la ‘bête curieuse’ : on me considérait comme le cancre de la classe. Ma 4e année se passa plus ou moins bien. Mes nouveaux copains de classe m'acceptaient, alors que les anciens me rejetaient. Pour eux, j'étais toujours le cancre. Quant à mes profs, ils ne voyaient que mes lacunes. Arrivé – tant bien que mal – en 5e année, un nouveau professeur est arrivé dans (ma) notre vie. Un jeune enseignant. Il s’appelait Joël.

Avec un regard nouveau sur l'enseignement. Il n'était pas là pour nous faire rentrer dans un moule, comme ce que j’avais connu avant. Il a pris le temps pour chacun de nous. Il a cherché le point fort de chacun et non les lacunes. Pour ma part c'était le dessin. C'était ma zone de confort. Il me laissait m'exprimer ouvertement, alors que pour les autres un thème étais donné. Il m'a appris à m'exprimer face aux autres et à prendre confiance en moi. Il m'a fait comprendre que malgré nos défis, nous avons tous des points forts. Au jour d'aujourd'hui je m'obstine d'apprendre ces valeurs à mes filles en leur disant que l'on ne peut pas être le meilleur en tout, mais qu’il faut croire en soi. Merci Joël pour ce que tu as fait pour nous. »

Christophe


« Aujourd'hui devenus des parents pour la plupart. Nous intervenons naturellement auprès de nos enfants avec la même bienveillance afin de soutenir leur développement affectif pour qu'ils deviennent à leur tour des adultes épanouis et accomplis. Sa pédagogie nous aide également dans la vie professionnelle, notamment quant à la loyauté et à l’attention portée aux relations humaines et, en particulier, dans la gestion des équipes et des conflits potentiels qui peuvent survenir. Une importance toute particulière est donnée à l'écoute de chacun et le dialogue est privilégié. »

Mai-Lan


« J'ai été scolarisé dans une école dans laquelle la toute-puissance de l'adulte oppressait bien souvent les jeunes élèves. Cela faisait partie des méthodes d'enseignement habituelles. Entrée à l’école à trois ans, j'ai été confrontée malheureusement à l'humiliation, à l'autoritarisme et à la violence physique… C’étaient des pratiques courantes. Je me souviens, alors que je devais avoir entre 4 et 5 ans, avoir été attachée à ma chaise et privée de récréation, regardant par la fenêtre les autres se défouler, pour me punir d'avoir été trop turbulente. En 2e année primaire, je me souviens d'avoir subi de la violence et d'avoir vu certains de mes camarades être l’objet de sévices et d’abus de pouvoir. Je me souviens aussi de ne pas avoir été entendue et écoutée par mon professeur de 3e année qui m'a humiliée en m'obligeant à fournir des excuses pour une chose que je n'avais même pas commise…

Puis, je suis entrée en 5e primaire. Une année avec Joël durant laquelle je me souviens d'avoir été véritablement entendue, écoutée et accueillie en tant qu'élève, en tant qu'enfant... Il m’a permis de développer ma personnalité, ma créativité, mon estime de soi, l'écoute de l'autre, le travail d'équipe… Sans jamais, à ce moment-là, avoir conscience qu'il pouvait appliquer des méthodes pédagogiques différentes. Cette année a été vécue comme une parenthèse merveilleuse... Ce n'est que bien plus tard que j'ai pris conscience des raisons qui ont fait de Joël un professeur fors du commun.

Les interventions bienveillantes durant mon enfance ont fait de moi la femme et la maman que je suis. Elles m'ont permis d'acquérir plus de confiance en moi, de me sentir écoutée et de devenir une personne à part entière. Aujourd’hui, je suis une personne à l'écoute des autres et attentive au bien être de mes proches. Les travaux que j'ai pu lire dernièrement me permette à présent de reproduire cela avec mes enfants, d'être une maman qui fait de son mieux pour intervenir de façon bienveillante chaque que cela est nécessaire. »

Nathalie

Lettre à mon fils

« Jolan, mon gars... Tu viens de passer une année difficile. En maternelle, tu as tellement été choyé par les interventions fermes et bienveillantes de Madame Caroline. Elle a su si bien t’accueillir et t’accompagner pour ton entrée à l’école.

Malheureusement, tu as vécu l’inverse durant ta 1ère année primaire. Sache que cela arrive de rencontrer des personnes en grande détresse, tellement qu’elles ne voient pas qu’elles bousculent bien tristement la vie des autres.

Plein d’autres enfants vivent des expériences comme la tienne. Parfois, ce sont les parents qui sont en détresse. Parfois, ce sont les intervenants. La vie peut parfois être difficile. Dure.

En même temps, j’ai envie de te parler de ce que tu as reçu de beau dans ta vie. Envie de te dire que dans toute situation compliquée, il y a la possibilité de s’en sortir. Qu’il y a de l’espoir. Et que, du haut de tes sept ans, tu as aussi la capacité de choisir la manière dont tu vas vivre et tu vas réagir à ce qui est plus triste.

Sache que, du fond de mon cœur, je t’aime mon Grand ! Sache aussi que ta maman, ton frère et ta sœur, ainsi que notre entourage, sont plein de douceurs pour toi. Que nous sommes présents.

Sache enfin qu’il y a eu, et qu’il y aura encore, sur ta route des éducatrices et des enseignants extraordinaires. Ils t’offriront certainement le meilleur d’eux-mêmes pour te guider et pour compléter ce que nous te proposons à la maison.

Tu sais, mon garçon, je suis fier de toi. Je t’ai vu grandir dans l’adversité. Je t’ai vu apprendre à développer ton discernement. Je t’ai vu construire ton estime de soi, malgré la distorsion des reflets que tu as reçus tout au long de cette année.

Tu as su garder ta générosité, tout en améliorant la qualité de tes interactions avec autrui. Quand on rencontre un écueil, le tout est de l’utiliser pour grandir et devenir meilleur.

Plus tard, nous comprendrons peut-être le sens de ce que tu as vécu. Ce sera toutefois à toi de construire la signification de tout cela pour donner une direction à ta vie dans le respect de qui tu es, tout en étant indulgent envers les autres. Nous serons témoins de tes choix. Nous serons là, si tu trébuches. Nous serons heureux de te voir développer tout ton potentiel et offrir le meilleur de toi. »

Ton père qui t'aime tendrement.